Question : À quoi servent les commandes « Modification des attributs  » présentes dans les différentes pages « Commandes avancées » ?

Que ce soit au niveau des mots-clés, de la gestion des corpus, des thésaurus ou des sphères, on retrouve une commande similaire commençant par « Modification des attributs de … »

Niveau : Administration

Commandes concernées : ALB-09 , CNF-02 , CRP-03 , CRP-25 , SPH-08 , SPH-09 , THS-19 , THS-20

Réponse :

Les attributs sont un élément essentiel du système d’extension du logiciel BDF. En effet, tous les principaux éléments d’une fichothèque peuvent être dotés, en plus de leurs champs habituels, d’une infinité d’attributs différents. Les attributs vont ainsi permettre aux extensions d’associer des informations qui leur sont propres aux éléments existants. Par exemple, l’extension Scarabé de comptabilité analytique utilise un attribut pour indiquer qu’un thésaurus donné est utilisé ou non dans les récapitulatifs analytiques.

Concrètement, un attribut est la combinaison entre d’une clé et une ou plusieurs valeurs. Une clé est elle-même décomposée entre un espace de nom et un nom local. Il revient à chaque extension d’utiliser un espace de nom qui lui est propre afin d’éviter les conflits entre extensions et leur permettre de cohabiter.

Le champ des commandes Modification des attributs liste tous les attributs associés à l’élément en question avec la clé suivi du signe égal et des valeurs séparées par un point-virgule ;.

Dans l’exemple de l’extension Scarabé, l’attribut indiquant qu’un thésaurus est un thésaurus analytique est le suivant (fr-exemole-scarabe est l’espace de nom de Scarabé, is_analytique est la nom local de la clé) :

fr-exemole-scarabe:is_analytique=1
bdf.croisement:should_not=corpus_bip;corpus_suivi;corpus_personne

Exemples d’attribut

Les commandes Modification des attributs sont vraiment destinées à l’administration. En général, les extensions fournissent leurs propres interfaces de gestion des attributs qui leur sont propres. Cette commande est utile au début du développement d’une extension, lorsque les interfaces ne sont pas encore écrites et à des fins de débogage. La modification directe des attributs via ces commandes doit être faite en connaissance de cause.